Bach : L’Art de la fugue


shadow

L’Art de la fugue (en allemand : die Kunst der Fuge) est une œuvre inachevée de Johann Sebastian Bach (BWV1080). Bach aurait commencé sa composition aux alentours de 1740 ou 1742 (la première version de l’œuvre a été recopiée vers 1745), et l’a poursuivie jusqu’à sa mort, en 1750. Cette première version contenait alors 12 fugues et 2 canons. La seconde version, publiée après la mort de Bach, en 1751, contenait 14 fugues et 4 canons, mais elle comporte des erreurs et des incertitudes dans l’ordre des contrepoints. Lorsque Bach mourut (1750), la gravure n’était pas terminée, et l’édition a été supervisée et achevée par son fils Carl Philipp Emanuel Bach. Les éditeurs y ont ajouté le choral Vor deinen Thron tret ich hiermit (BWV 668), bien que cette n’ait pas de lien avec L’Art de la fugue. Bach l’a dicté alors qu’il était aveugle, ce qu’une pieuse légende a transformé en « composé sur son lit de mort ».

Considéré depuis longtemps comme l’œuvre ultime de Bach (bien que ce point de vue ait été remis en cause) et comme son « testament musical », L’Art de la fugue représente l’apogée de son style d’écriture, le sommet du style contrapuntique et l’une des plus grandes prouesses de la musique occidentale.

L’Art de la fugue a inspiré et émerveillé bon nombre des compositeurs qui l’ont redécouverte, parmi lesquels Mozart et Beethoven. La référence à l’écriture contrapuntique de Bach, telle un modèle absolu de rigueur et de perfection, se retrouve dans plusieurs de leurs œuvres : la Neuvième Symphonie de Beethoven, la Symphonie Jupiter ou La Flûte enchantée de Mozart.

L’œuvre a parfois été considérée comme un exercice intellectuel sur le contrepoint que Bach ne destinait pas à être joué. Si faire entendre l’ensemble (une bonne heure de contrepoint en ré mineur) ne faisait peut-être pas partie des intentions de l’auteur, les contrepoints, pris individuellement, ne se distinguent pas du reste de la production du Cantor ; or celle-ci a toujours été destinée à être pratiquée. De plus, les nombreux éditions, concerts et enregistrements consacrés à L’Art de la Fugue ont manifesté son appartenance au répertoire, plutôt qu’à la bibliothèque.

L’œuvre semble inachevée. En effet, le manuscrit du contrepoint XIV (ou XIX, selon les éditions) s’arrête brutalement au milieu de la mesure 239, mais la question de son appartenance au recueil est toujours controversée. De plus, de nombreux musicologues, en effectuant une analyse systématique du recueil, ont supputé que Bach avait l’intention d’écrire d’autres contrepoints, pour des raisons de symétrie ou de complétude.

Bien que Bach n’ait pas volontairement précisé à quel instrument L’Art de la fugue était destiné, et qu’il nous ait laissé un manuscrit avec chaque voix égale aux autres, le claveciniste, organiste et chef d’orchestre hollandais Gustav Leonhardt a proposé une démonstration que l’œuvre était écrite pour le clavecin. Pour sa part, le musicologue Jacques Chailley croit que L’Art de la fugue n’avait aucune destination instrumentale.

 

Propositions musicales

Par Tachezi, à l’orgue

 

Par Savall, à l’orchestre

 

Par Koopman et Mathot, au clavecin

 

Par Marriner, à l’orchestre

Version Klassik se propose de vous fournir un contenu pertinent et intéressant pour toute la musique classique, mais cela prend du temps. D’ici à ce que cela soit achevé, nous vous proposons une ébauche d’article copié de Wikipédia (et donc sous licencce Creative Commons) et agrémentée de vidéos.

Commentaires

  1. Phaeton    

    Bonjour,

    Vous n’avez visiblement pas lu l’article jusqu’à la fin.

    Cordialement

    Jb Peter

  2. Airy Magnien    

    Bonjour,

    Cet article est pour l’essentiel un copier-coller issue de l’article Wikipedia (fr) dont je suis l’un des auteurs.

    Je vous rappelles que la moindre des courtoisies consiste à citer ses sources.

    Accessoirement, vous enfreignez la législation sur les droits d’auteurs : https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Droit_d%27auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *