Charpentier


shadow

Marc-Antoine Charpentier est un compositeur français de l’époque baroque célèbre pour son Te Deum, sa musique sacrée et son opéra David et Jonathas.

Oeuvres disponibles sur le site

Toutes les vidéos

Biographie

Il naît à Paris en 1643, son père est « maître écrivain ». Il part pour Rome dans les années 1660 et y reçoit l’influence de compositeurs romains, notamment celle de Carissimi, dont on retrouvera la marque tout au long de ses compositions. Trois années plus tard, il revient en France. En 1671, Molière se brouille avec Lully et fait appel au jeune Charpentier pour ses pièces. Il compose pour l’occasion les intermèdes de la Comtesse d’Escarbagnas (1671) et du Malade imaginaire (1673). En 1679, il devient compositeur de la Musique du Dauphin (et de Mademoiselle de Guise) ; on dit que Louis XIV préférait cette musique à la sienne.

Vers 1688, il prend le poste de maître de musique des jésuites rue Saint-Antoine, pour qui il compose le grand Miserere des jésuites et des opéras sacrés pour le collège de Clermont. Il devient même maître de composition de Philippe d’Orléans ! En 1698, il est intronisé maître de musique de la Sainte-Chapelle et l’occupera jusqu’à sa fin, le 24 février 1704.

Il restera deux siècles et demi dans l’ombre avant de « ressusciter » en 1953, où son Te Deum lançait une maison de disque et devint bien vite le générique de l’Eurovision. A partir de là, il fait un retour percutant sur le devant de la scène dans l’univers du baroque français.

Le musicien

Il nous laisse un héritage important, en nombre et en qualité : malgré l’opposition constante de Lully, très influent, il laisse de nombreuses œuvres de musique de théâtre comme l’opéra sacré David et Jonathas ou Médée. Son legs est également fait de cantates profanes, genre qu’il introduit en France avec Orphée descendant aux Enfers. On peut aussi évoquer ses musiques pour Molière et Corneille. Mais cela ne forme qu’une petite partie de son œuvre, religieuse pour l’essentiel.

Il nous lègue ainsi 12 messes, hymnes, motets, psaumes, et des histoires sacrées qui rappellent les oratorios romains comme avec le Fils prodigue, le Reniement de Saint-Pierre ou le Jugement de Salomon. Charpentier fut aussi prolifique dans le genre propre à l’époque baroque des « Leçons des ténèbres »

En tant que compositeur, il se démarque par la richesse de son écriture, sa science harmonique et les talents dans l’art du contrepoint. On peut aussi remarquer son talent fort habile – et singulier pour l’école baroque française – dans la dissonance, le chromatisme et la modulation.

Aussi, son sens de l’ornementation vocale et de la couleur, et tous les trésors de son écriture ont-ils toujours servi l’émotion, et tout particulièrement dans le sacré.

Sources

VIGNAL, Marc, Dictionnaire de la musique, Editions Larousse, 2005.

KAMINSKI, Piotr, Mille et un opéras, Editions Fayard, 2004

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *