Mozart : Concerto pour clarinette


shadow

Le Concerto pour clarinette en la majeur K 622 est un concerto composé par Wolfgang Amadeus Mozart en 1791, quelques mois avant sa mort. Des quarante-trois concertos pour soliste qu’écrivit Mozart, celui-ci fut le dernier, et également le seul qu’il composa pour clarinette. Il est composé de trois mouvements qui suivent la forme traditionnelle du concerto (rapide/lent/rapide) : un allegro, un adagio et un rondo. Il s’agit de l’un des morceaux les plus écoutés de Mozart. Il est souvent considéré comme un incontournable de la clarinette avec les concertos des père et fils Stamitz, ceux de Carl-Maria von Weber et ceux de Louis Spohr.

Le Concerto pour clarinette avait été composé entre le 28 septembre et le , à l’attention de Anton Stadler, un cor de bassiste et clarinettiste virtuose que Mozart appréciait beaucoup et qui était dans la même loge maçonnique. En réalité, l’allegro avait été composé dès 1787, mais en sol majeur (K621b) et non en la, et pour cor de basset. Mozart avait repris et transcrit ce mouvement pour l’ajouter à ce concerto, tout en y adjoignant deux mesures. Selon une lettre que Mozart écrivit à sa femme environ huit semaines avant sa mort, on sait que le rondo fut achevé le 7 octobre 1791. Mozart précisa qu’il l’avait écrit pour la bass Klarinett de Stadler. Ce dernier avait inventé trois ans auparavant avec Theodore Lotz la clarinette de basset en la, formée d’une extension à sa clarinette en la qui permettait de rapprocher cette dernière d’un cor de basset et donc de jouer dans un registre plus grave. Cet instrument avait été baptisé alors clarinette de basset (à ne pas confondre avec la clarinette basse moderne). Mozart avait probablement composé son concerto en prenant en compte les particularités de cet instrument : la clarinette de basset en la peut descendre jusqu’au do tandis que la clarinette en la ordinaire ne peut aller que jusqu’au mi (ces notes correspondent respectivement au la et au do du piano).

Les éditeurs firent des modifications pour que le morceau puisse être joué sur les clarinettes en si bémol ou en la, et certains passages dans les graves ont donc été revus. Malheureusement, la version originale du concerto pour clarinette ne fut jamais publiée et la partition originale perdue. La plus ancienne version que l’on possède de cette œuvre est la version publiée par Andrè de 1801 pour clarinette en la.

Bien que la plupart des interprétations soient faites de nos jours avec des clarinettes en la (ou en si bémol), il y a eu des tentatives de restauration de la partition originale de Mozart jouées avec des cors de basset ou des clarinettes en la de basset. Cette dernière n’est d’ailleurs plus utilisée (et même fabriquée) que pour l’exécution traditionnelle de ce concerto et de l’aria Non più di fiori de l’opéra La clemenza di Tito.

Propositions d’écoute

Par Honeck et Kam

Version Klassik se propose de vous fournir un contenu pertinent et intéressant pour toute la musique classique, mais cela prend du temps. D’ici à ce que cela soit achevé, nous vous proposons une ébauche d’article copié de Wikipédia (et donc sous licence Creative Commons) et agrémentée de vidéos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *