Découvrir le piano


Le XVIIIe siècle : la naissance et la propagation

Le piano naît en 1698 du clavecin et des mains de Bartolomeo Cristofori, facteur de clavecin. Sa version première (qu’on appelle le piano-forte, parce qu’il peut jouer piano et forte) a peu de chose à voir avec l’instrument actuel. Il peine à s’imposer jusqu’en 1770, car l’époque n’est pas encore réceptive à ses sonorités  : l’Italie de l’époque est tournée vers l’opéra et par une musique instrumentale où domine la basse continue. Au fur et à mesure de ses progressions techniques et de la diminution de son prix de vente, le piano-forte progresse. Sa progression est tardive en France, en raison de l’omniprésence du clavecin. Toutefois, les révolutionnaires de 1789 saccagent les demeures des nobles et brûlent les clavecins des aristocrates : la voie est ouverte à la nouveauté. Les éditeurs de piano s’intéressent de près à cet engouement en proposant des partitions « pour le clavecin ou le piano-forte » ; la pratique est courante à l’époque classique et disparaît au début du siècle suivant. Peu à peu, les compositeurs se prennent d’affection pour l’instrument : Mozart est de passage à Augsbourg en 1777, et découvre un des pianos-fortes du facteur Stein. Sa décision est prise, il abandonne le clavecin pour le piano et nous livrera de mémorables concertos pour piano. Le piano-forte évolue grandement au tournant du XIXe siècle, car les compositeurs souhaite plus de nuances, afin d’exprimer les sentiments de leurs choix. De plus, les salles de concert grandissent, suite à l’engouement du public et le piano-forte doit passer d’un public de quelques aristocrates à un vaste auditoire. A la suite de cette période, on parle de piano d’une part parce que c’est plus facile à dire, et d’autre part parce que l’instrument a changé.  

Le XIXe siècle : l’instrument romantique de prédilection

Le répertoire du piano s’enrichit considérablement avec Chopin, qui est le premier compositeur à se tourner de manière (quasi) exclusive vers l’instrument, lui donnant ses lettres de noblesse. Charmé par la virtuosité de Paganini au violon, Liszt cherche à l’appliquer au piano et créé la « très grande virtuosité » ainsi qu’un nombre impressionnant de transcriptions pour piano d’oeuvres symphoniques. Dans les pays germaniques, on assiste à l’émergence d’un grand nombre de compositeurs, pianistes et virtuoses : on peut penser aux oeuvres révolutionnaires de Beethoven, puis à celles de Schubert, Mendelssohn, Schumann et Brahms. Une école française émerge après 1870, elle regroupe Saint-Saëns, Bizet, Franck, Chausson, et Chabrier.

Le piano aux temps modernes

Une nouvelle école émerge en France avec Fauré, Dukas, Ravel, Pierné, Roussel, Satie, et Schmitt. On peut aussi selon le cas y adjoindre Debussy. Certaines écoles nationales peuvent se prévaloir d’oeuvres entrées dans l’histoire, comme avec Grieg en Norvège, Gershwin, Copland et Ives aux Etats-Unis, mais aussi la très prolifique école russe : Rachmaninov, Scriabine, Chostakovitch et Prokofiev donneront d’immenses pages de l’histoire du piano.

Sources

VIGNAL, Marc, Dictionnaire de la musique, Editions Larousse, 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *