Ravel


shadow

Maurice Ravel est un compositeur français de la période moderne célèbre pour être l’auteur du Boléro, oeuvre qu’il détestait et qui ne représente pas toute la spécificité de son oeuvre, aux influences jazz et dissonantes.

Oeuvres disponibles sur le site

Par quoi commencer ?

Essayez d’abord son Boléro, ou sa Valse. Tournez-vous également vers sa Pavane pour une infante défunte, à l’orchestre, ou ses Jeaux d’eau, de très belles pièces au piano.

Toutes les vidéos

Biographie

Il naît à Ciboure dans le pays Basque le 7 mars 1875 d’une mère basque et d’un père d’origine suisse et savoyarde. A l’âge de trois ans, la famille quitte la bourgade pour s’installer à Paris. Son père lui enseigne le piano assez jeune : « A défaut de solfège dont je n’ai jamais appris la théorie, je commençai à étudier le piano à l’âge de six ans environ ». Il entre au Conservatoire de Paris à quatorze ans pour en ressortir six années plus tard. Il y sera l’élève du célèbre Gabriel Fauré en cours de composition. Ravel a toujours voulu gagner le prix de Rome, sans jamais y parvenir : il obtient le Second prix en 1901 avec sa cantate Myrrha, et tentera sa chance jusqu’en 1904, sans succès. En 1905, on lui refuse l’entrée car il dépasse l’âge maximum de quelques mois, ce qui provoque un tollé.

Ravel a déjà publié de nombreuses œuvres comme la Pavane à une infante défunte (1899) et Jeux d’eau (1901), et s’ouvre après la période du prix de Rome une période de composition très prolifique avec notamment la Rhapsodie Espagnole, Ma mère l’Oye, les Valses nobles et sentimentales et Daphnis et Chloé. Elle se referme avec la Première Guerre Mondiale.

Il est engagé comme conducteur de camion, mais il est démobilisé contre son gré en 1917 en raison d’une santé chancelante. En 1919, il reprend un projet qui sera La Valse. Après cette œuvre, son style évolue et est plus « dépouillé, sans surcharges, ni enjolivures », qui se remarquera avec l’Enfant et les Sortilèges. L’année suivante, il refuse la distinction de chevalier de la Légion d’honneur. En 1928, Ravel créé le Boléro, qu’il n’aime pas ; ironie du sort, ce sera son œuvre la plus célèbre. A la même époque, c’est le temps des créations de ses Concertos (1931-1932) ; d’abord celui « pour la main gauche », pour un pianiste amputé à la Der des Der, et celui en « sol ». En 1933, il est pris d’une affection cérébrale. Il vit encore quatre ans, diminué, incapable d’écrire et meurt en 1937 après une vaine intervention chirurgicale.

Sources

VIGNAL, Marc, Dictionnaire de la musique, Editions Larousse, 2005.

TRANCHEFORT, François-Marie, Guide de la musique symphonique, Editions Fayard, 1987.