Ravel : Boléro


shadow

Le Boléro de Ravel est sans conteste son œuvre la plus fameuse. Tout commence en 1927 avec Ida Rubinstein, une danseuse renommée. Elle demande à Ravel d’orchestrer un prochain ballet pour « quelques pages d’Albeniz ». Le compositeur décide finalement d’écrire une œuvre nouvelle, ce sera un boléro en raison de son rythme répétitif et de la simplicité de sa mélodie. Il en dira plus tard : « Mon Boléro devrait porter en exergue Enfoncez-vous bien cela dans la tête ». Le ballet est créé le 22 novembre 1928 à l’Opéra de Paris, devant des spectateurs… hagards. Une spectatrice se serait écriée « Au fou ! » et Ravel que cette dame au moins « avait compris ». Le compositeur dirige son Boléro aux Concerts Lamoureux (à Paris), sans y croire ; il aura le succès qu’on lui tient depuis.

Enregistrements

L’enregistrement de Charles Munch avec le Boston Philharmonic Orchestra est plein de tension, vif et alerte sans être martial. Le passage au célesta à la flûte et aux cuivres est délicat et sensuel, puis son finale sait progresser avec force et finir avec éblouissance.

Lien Itunes : Maurice Ravel, Boléro, Charles Munch avec le Boston Philharmonic Orchestra

Lien Amazon : Maurice Ravel, Boléro, Charles Munch avec le Boston Philharmonic Orchestra

La version de Fiedler avec le Boston Pops possède des accents martiaux, et également assortie avec élégance et sensualisme. Le résultat est moins surprenant que chez Munch, mais sait se montrer à la hauteur de nos espérances.

Lien Itunes : Maurice Ravel, Boléro, Arthur Fiedler avec le Boston Pops Orchestra

Lien Amazon : Maurice Ravel, Boléro, Arthur Fiedler avec le Boston Pops Orchestra

Sources

TRANCHEFORT, François-Marie, Guide de la musique symphonique, Editions Fayard, 1987.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *