Beethoven : Fidelio


shadow

Fidelio, op. 72, est l’unique opéra de Ludwig van Beethoven, composé en 1804 et 1805 sous le titre Leonore, puis remanié en 1806 et en une version définitive en 1814. Le livret est de Joseph Sonnleithner.

Ses principaux thèmes sont la dénonciation de l’arbitraire, incarné par le gouverneur d’une prison espagnole, l’appel à la liberté, et l’amour notamment conjugal qui pousse Leonore, déguisée en homme, à risquer sa vie pour libérer son époux Florestan.

Selon la tradition même du Singspiel, l’ouvrage comporte des dialogues parlés.

Composition

L’opéra est commandé à Beethoven par le baron Peter von Braun qui venait de racheter le Theater an der Wien. Le livret est tiré d’une pièce de Jean-Nicolas Bouilly intitulée Léonore ou l’amour conjugal, traduite par Joseph Sonnleithner, secrétaire du Theater an der Wien. Bouilly s’est lui-même inspiré d’un fait divers sous la terreur révolutionnaire: une femme s’était engagée travestie comme geôlier pour libérer son mari de la prison de Tours.

Beethoven tient en très haute estime ses idéaux de liberté et de fraternité. Fidelio est si emblématique de ces thèmes que le compositeur n’hésitera pas à retravailler son œuvre à trois reprises pour qu’elle obtienne enfin le succès espéré. La première représentation eut lieu au Theater an der Wien le. Le premier public est constitué ce 20 novembre d’officiers français qui apprécient peu l’ouvrage, desservi par un mauvais orchestre. L’œuvre est retirée après trois représentations. En décembre de la même année, au cours d’une réunion chez les Lichnowsky, Beethoven accepte avec l’aide de Stephan von Breuning, mais à contrecœur de faire des coupures, de fusionner les 2 premiers actes et de composer une deuxième ouverture6. L’œuvre remaniée est donnée le , et obtient un demi-succès. Mais à la deuxième représentation, Beethoven retire l’ouvrage après une querelle avec le directeur du théâtre. Ce n’est qu’après une longue interruption que l’opéra sera mis de nouveau à l’affiche le  avec un nouveau librettiste Friedrich Treitschke. Beethoven procède à de nombreuses modifications et compose l’ultime version de l’ouverture. Beethoven de plus en plus sourd conduit la représentation, « aidé » par Michael Umlauf (qui plus tard créera la Symphonie nº 9). Le succès est cette fois durable.

Les ouvertures

Au fil des différentes révisions, Beethoven a composé quatre ouvertures pour son opéra. Il est probable que l’ouverture jouée lors de la création de la première version fut celle aujourd’hui appelée l’ouverture nº 2 de Leonore (ou ouverture Leonore II) ; il s’agit d’une vaste page symphonique présentant tout le mouvement de l’opéra depuis l’atmosphère lourde et sombre de la prison, le caractère dramatique de l’action, l’arrivée de Don Fernando annoncé par le célèbre appel de trompette, et la joie extatique de la libération. Beethoven la remania pour la création de la deuxième version, en 1806 ; cette version, l’ouverture nº 3, est aujourd’hui préférée à la précédente et est devenue une pièce de concert à part entière.

Cependant, la longueur et le caractère dramatique de ces deux ouvertures produisait avec le duo semi-comique qui ouvre l’acte I un contraste tel que Beethoven la réduisit pour une représentation (qui en fait n’eut jamais lieu) à Prague en 1807 ; il est probable que l’ouverture nº 1, malgré son numéro, soit cette version. Enfin, pour la création de la version définitive en 1814, Beethoven dota son opéra, maintenant titré Fidelio, d’une nouvelle ouverture, plus courte, dans l’esprit d’un prélude, pour mieux introduire l’action de l’acte I. Cependant, à la suite d’une question de changement de tonalité, Beethoven dut transposer son ouverture d’ut majeur à mi majeur et il perdit du temps ce qui explique que lors de la première du , l’ouverture ne fut pas prête et on dut lui substituer une autre ouverture, on pense qu’il s’agit plus de celle des Ruines d’Athènes plutôt que celle des Créatures de Prométhée. Beethoven acheva enfin la quatrième ouverture qui fut jouée lors de la deuxième représentation le 25 mai.

Au début du XXe siècle, Gustav Mahler introduisit la tradition de jouer l’ouverture Leonore III avant le finale (nº 16), à l’issue du duo du nº 15. Cette coupure dans l’action peut se justifier par le caractère solennel du final, qui ne se conclut que par l’arrivée d’un deus ex machina. Cette disposition permet de récapituler musicalement l’action de tout l’opéra, avant que le sens profond, détaché de l’histoire elle-même, n’en soit tiré par le chœur dans un effet d’ensemble qui peut rappeler la Neuvième Symphonie. Cette tradition, supprimée au lendemain du départ de Mahler, se perpétua avec Bruno Walter, Wilhelm Furtwängler et Leonard Bernstein.

Argument

Une prison d’État espagnole, non loin de Séville, au XVIIIe siècle.

Acte I

Dans la cour intérieure de la prison.

Florestan est prisonnier au secret sur l’ordre de Don Pizarro, le féroce gouverneur d’une prison d’État. Pour le libérer, sa femme Léonore se déguise en homme sous le nom de Fidelio et vient travailler à la prison. Marzelline, la fille du geôlier Rocco, est courtisée par Jaquino. Mais elle tombe amoureuse de Fidelio. Redoutant une visite du ministre Don Fernando, le cruel Pizarro ordonne à Rocco de tuer Florestan. Il devra le faire lui-même car Rocco refuse et se voit confier la tâche de creuser une tombe dans le cachot même de Florestan. Léonore obtient de Rocco qu’il laisse les prisonniers respirer et voir l’air libre, ce qu’ils font avec bonheur (chœur O welche Lust). Florestan n’est pas avec eux, et Léonore supplie Rocco pour l’accompagner dans le cachot secret.

Acte II

Dans le cachot de Florestan, puis sur le terre-plein de la prison pour la scène finale.

Florestan pleure son destin mais accepte la volonté de Dieu. Lorsque Pizarro descend pour le tuer, Léonore dévoile son identité, s’interpose et le menace de son pistolet. Arrive le bon ministre Fernando qui libère Florestan. Le final s’apparente à la thématique de l’hymne à la joie de la 9e Symphonie.

Propositions d’écoute

 

Version Klassik se propose de vous fournir un contenu pertinent et intéressant pour toute la musique classique, mais cela prend du temps. D’ici à ce que cela soit achevé, nous vous proposons une ébauche d’article copié de Wikipédia (et donc sous licence Creative Commons) et agrémentée de vidéos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *