Tchaïkovsky


shadow

Piotr Illitch Tchaïkovsky est un des plus grands compositeurs russes et un des plus appréciés du grand public. Il aura redoré le genre ballet avec Casse-Noisette, le Lac des Cygnes et La Belle au Bois Dormant ; ses œuvres symphoniques et concertantes demeurent toujours très en vue, avec sa Pathétique, son Concerto pour violon et son premier Concerto pour piano.

Oeuvres disponibles sur le site

Par quoi commencer ?

Ses Ballets sont toujours très appréciés, en raison de leur beauté et de leur facilité d’accès. Son Concerto pour Violon est aussi très populaire, tout comme son Concerto pour piano n°1.

Toutes les vidéos

 

Biographie

Il naît en 1840 à Votkinsk dans l’Empire Russe. Il est le fils d’un ingénieur des mines et de la descendante d’une famille française. Il étudie à l’Ecole de Droit de Saint-Pétersbourg et occupe ensuite un poste de secrétaire au ministère de la Justice. En 1862, il entre au tout nouveau Conservatoire, avec l’intention de devenir musicien professionnel, où il est l’élève d’Anton Rubinstein et de Zaremba. Tchaïkovsky devient lui-même professeur d’harmonie en 1866 au Conservatoire de Moscou et son poste lui permet de rencontrer Berlioz, en visite officielle en Russie en 1867.

Der_junge_Tschaikowski_cropped

Tchaïkovsky à 25 ans

Il entre en relation l’année suivante avec le groupe des Cinq, avec qui il entretient des relations contrastées, car s’il apprécie Balakirev, il ne se lie guère avec Moussorgski. Tchaïkosvky fréquente aussi le milieu musical d’Occident à partir de 1875 : il entretient des relations avec Saint-Saëns, Bizet, Massenet et Liszt.

En 1876, un événement heureux le met à l’abri du besoin, car il se met en relation avec Nadine von Meck, qui sera son mécène. Il est établi qu’ils ne devront jamais se rencontrer, mais la correspondance qu’ils entretinrent permet de suivre pas à pas et en détail leurs relations. Il se marie en 1877 avec une de ses admiratrices , mais l’union déchante bien vite. C’est alors le temps des voyages et de ses plus grandes compositions.

Tchaïkovsky endosse à partir de 1886 le costume de chef d’orchestre, part en tournée en Europe et même aux Etats-Unis. Ce sera l’illustre compositeur qui inaugurera le Carnegie Hall le 5 mai 1891 ! Il meurt en 1893 dans des circonstances douteuses, peu après la création de sa Sixième symphonie (la « Pathétique ») : on ignore s’il meurt du choléra, d’un suicide intentionnel, ou s’il fut poussé au suicide à la suite de la révélation d’une relation homosexuelle.

Le musicien

Âme russe et influences occidentales

Tchaïkovsky admire Mozart, Glinka, et de grands compositeurs romantique comme :

Ainsi, son attrait pour la musique classique proprement occidentale se retrouve dans ses compositions, qui mêlent des influences allemandes, françaises et italiennes. Tchaïkovsky a beau tenir ses influences de l’Ouest, il n’en demeure pas moins que le compositeur tient particulièrement à sa nation : il écrira à son frère « Je suis russe, russe jusqu’à la moelle des os ».

Hypersensible

Tchaïkovsky, l’unique romantique russe, a toujours été mené par le désir d’incarner en musique les sentiments humains, aidé par une sensibilité à fleur de peau. Il disait de lui « Quel vieux pleurnicheur je fais ! ».

Ses mélodies servaient à exprimer ses émotions, toujours traduites avec sincérité et expressivité, et il confiait que ses symphonies formaient pour lui une confession musicale de l’âme ». Il ne pouvait admettre une musique qui ne soit rien de plus qu’un enchaînement de notes.

On retrouve d’ailleurs un thème récurrent dans ses œuvres : la lutte de l’homme contre son destin pour finalement échouer, comme dans son poème symphonique Fatum ou sa Pathétique.

Symphonie

Le plus grand symphoniste russe de son temps ne réinventera pas la symphonie : sa musique suit l’écriture romantique allemande après Mendelssohn, dans la lignée de la musique à programme d’après Berlioz.
Si son œuvre est passée à la postérité c’est autant par sa maîtrise de l’harmonie et du contrepoint que par son sens de la mélodie et son « éclat orchestral » facilement identifiable. Il faut dire qu’il est tout à fait à l’aise dans la symphonie, avec ses longues mélodies et ses thèmes riches. Il s’inspire parfois de thèmes populaires, comme dans sa Deuxième symphonie.

L’opéra et les ballets

Tchaïkovsky aura été un compositeur de tous les genres. Il aura une vision singulière de l’opéra, entre thème historique avec la Pucelle d’Orléans et drame historique avec la Dame de Pique par exemple. Il se veut proche de Glinka, avec des airs et des ensembles liés par des récitatifs, qui doivent être plus que des éléments de liaison entre les grands moments de l’opéra. Ses œuvres lyriques étaient mal vues à l’époque du communisme, à cause de leur mentalité « petite-bourgeoise ».

Tchaïkovsky aura aussi été un des créateurs du ballet symphonique, lui donnant ses lettres de noblesses avec le Lac des Cygnes notamment.

 

Sources

VIGNAL, Marc, Dictionnaire de la musique, Editions Larousse, 2005.

TRANCHEFORT, François-Marie, Guide de la musique symphonique, Editions Fayard, 1986.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *