Tchaikovsky : Concerto pour Violon


shadow

Le Concerto pour violon et orchestre en ré majeur  a été composé par Tchaikovsky à Clarens en Suisse en 1878, à la suite de l’échec de son premier mariage. Il est créé à Vienne le 8 décembre 1881 sous la direction de Hans Richter, par Adolf Brodsky. Il était prévu que l’éminent violoniste Leopold Auer le joue, mais celui-ci refusa, en raison de la difficulté de l’œuvre. Brodsky le popularisera et en deviendra le dédicataire.

Enregistrements

Itunes et Amazon, distributeurs partenaires, vous permettent l’écoute de 30 secondes de chaque morçeau afin de faire au mieux votre choix.

 

Vengerov sait donner à ce Concerto pour Violon toute la beauté qu’il mérité à travers cet excellent enregistrement. Le tout est délicat, élégant, et sait devenir fougeux et virevoltant dans l’allegro final.

Piotr Illitch Tchaikovsky, Concerto pour violon, Claudio Abbado avec le Berliner Philarmoniker, Maxim Vengerov

 

Kremer surprend par l’intelligence de son jeu, dans une version pleine de subtilité et de brillance. Disponible uniquement en mp3 sur Amazon.

Piotr Illitch Tchaikovsky, Concerto pour violon, Lorin Maazel avec le Berliner Philarmoniker, Gidon Kremer

Très agréable et mélodieuse, cette version n’a pas le génie d’Abbado et Vengerov, mais on écoute cela avec un plaisir renouvelé.

Piotr Illitch Tchaikovsky, Concerto pour violon, Itzhak Perlman avec l’Orchestre Philarmonique d’Israel, Ilya Gringolts

Basé sur l’écoute de 71 enregistrements.

Autour de l’oeuvre

Premier mouvement : Allegro Moderato

Le premier thème est d’abord rapidement introduit par l’orchestre, puis plus en détail par le soliste, et devient virtuose. Ce dernier annonce ensuite le second thème et après un passage Piu mosso (plus agité), l’orchestre reprend à sa suite le premier thème. La cadence vient alors à apparaître, puis la réexposition.

Canzonetta

A l’origine, Tchaikovsky n’avait pas pourvu son concerto de cette Canzonetta, mais d’une autre page qui sera finalement remplacée. Elle est aujourd’hui connue comme la première partie de l’œuvre Souvenir d’un lieu cher. Le soliste prononce un thème mélancolique (avec une sourdine sur l’instrument), puis suivent les répliques de la flûte et de la clarinette. Lors de la réexposition, le soliste est accompagné par quelques courts passages des bois. L’orchestre revient pour quelques mesures, à titre de transition pour le dernier mouvement.

Allegro vivacissimo

Cet Allegro commence bondissant, puis après un court passage au violon solo, le premier thème sera annoncé par l’orchestre et le soliste. Celui-ci alternera avec un motif de danse populaire. La fin du mouvement est brillante et vivace.

 

Sources

TRANCHEFORT, François-Marie, Guide de la musique symphonique, Editions Fayard, 1987.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *