Bel canto



Le bel canto est un chant dont l’heure de gloire se situe environ entre 1750 et 1830, visant à être beau et mélodieux, à la fois virtuose et ornemental.

Histoire

Le terme bel canto, apparu fin XVIII, remplace vraisemblablement des noms plus anciens : d’abord « buona maniera di cantare », puis « buon canto ». Il apparaît en même temps que le chant soliste (dont l’apogée est le chant des castrats) qu’on retrouve dans les genres nouveaux de l’époque baroque tels que l’opéra, la cantate ou l’oratorio. On comprit dès Monteverdi que la voix pouvait émouvoir et surpasser le texte en intensité. Il se développe à la fin du XVIIe siècle dans l’opéra séria, principalement dans ses arias et concernera tous les types vocaux de la basse au soprano.

Rossini

Giachino Rossini, grand adepte du bel canto

Le genre est à son paroxysme dans la deuxième moitié du siècle Dix-Huit, et sera largement utilisé dans les oeuvres vocales de Bach, Haydn ou Mozart. Le bel canto commence dès lors à être remis en question en France et en Italie dans les opéras. Rossini, adepte de la vocalité et de la mélodie, l’emploiera abondamment. Mais contrairement à ses prédécesseurs, le bel canto ne sera plus improvisé mais composé. Au XIXe siècle, seules quelques caractéristiques subsistent chez Bellini, encore moins chez Donizetti. Plus tard, Verdi l’utilisera dans la continuité de ces derniers afin d’exprimer les passions humaines, violentes et contradictoires.

Délaissé par les romantiques, le genre perdure avec Debussy, Richard Strauss ou encore Berio et est encore – de temps à autre – utilisé de nos jours.

Caractéristiques

Le bel canto est un genre vocal et ornemental :

  • écrit pour la beauté du chant, ce qui se ressent aussi dans l’écriture du texte par exemple à travers le choix des voyelles,
  • le texte est également choisi de manière à faciliter la respiration,
  • où sur les points d’orgues, le chanteur devra orner son chant de passages ou cadences virtuoses, qu’il aura composé,
  • où la phrase chantée doit se libérer du rythme, pour paraître naturelle et sans effort (sprezzatura)
  • et où le portamento sera largement utilisé comme ornementation. Ce procédé restera utilisé tout au long du XIXe siècle.

Ce qui nécessite chez l’interprète, une connaissance poussée de la théorie musical et bien de la virtuosité, devant tenir toutes sortes d’ornements (trilles, arpèges, etc.)

Belcantistes célèbres

Pour n’en citer que quelques-uns parmi ceux enregistrés :

  • chez les cantatrices : Joan Sutherland, Montserrat Caballé, Cecilia Bartoli et Maria Callas
  • chez les hommes : Juan Diego Florez, Rolando Villazon, Luciano Pavarotti, Roberto Alagna

Sources

VIGNAL, Marc, Dictionnaire de la musique, Editions Larousse, 2005.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *