Glossaire



Le glossaire regroupe un ensemble de termes techniques, pour expliquer certains points précis de Version Klassik

Atonalité

Musique qui fait fi des lois tonales, à travers l’utilisation de toutes les possibilités des gammes chromatiques, du dodécaphonisme et de la musique sérielle

Basse continue

Mode d’écriture allant du début du 17e siècle jusqu’à 1775 environ qui consiste en une série d’accords formant un accompagnement de remplissage. Elle est effectuée sur un instrument polyphonique (orgue, luth, clavecin) et disparaît à l’heure où le clavecin est remplacé par le piano-forte.

Bitonalité

C’est la forme la plus courante de polytonalité. Elle superpose deux tonalités différentes, jouées ensemble.

cadence

Formule mélodique terminant une phrase musicale. Désigne par extension une improvisation solistique virtuose placée avant la fin du premier mouvement (coda) dans un concerto.

Canon

C’est la théorie de l’écriture polyphonique. Elle superpose des lignes mélodiques indépendantes, jouées en simultané.

Caractère

Terme écrit sur la partition, destiné à l’interprète. On trouve par exemple :

  • affectuoso, affectueux
  • agitato, agité
  • billante, brillant
  • cantabile, chanté
  • con anima, avec âme
  • con moto, avec mouvement
  • con spirito, avec esprit
  • doloroso, douloureux
  • espressivo, expressif
  • furioso, joyeux
  • grazioso, gracieux
  • maestoso, majestueux
  • religioso, religieux
  • semplice, simple
  • tranquillo, tranquille
  • tristamente, triste

Cantate

Elle désigne une composition à une ou plusieurs voix accompagnées par une formation instrumentale. La forme se divise en une suite d’airs, de choeurs et de récitatifs.

Cavatine

Petite pièce vocale présente dans certains opéras (Le Barbier de Séville)

Chaconne

Danse d’origine espagnole, de rythme modéré à trois temps, fait d’un certain nombre de variations sur basse obstinée.

Chromatisme

Chaque demi-ton se déplace vers l’aigu ou le grave.

Coloratura

désigne le plus fréquemment une voix de femme « élevée et légère, apte à exécuter des airs très ornés » (Brisson)

Contrepoint

Genre polyphonique où plusieurs « voix » jouent une partition identique, avec un décalage dans le temps. Le plus connu est Frères Jacques.

Contretemps

Inversion musicale qui consiste à placer le temps fort sur un temps faible (les temps pairs de la mesure)

Dodécaphonisme

Système de composition inventé et codifié par Schönberg, qui postule que les douze demi-tons sont égaux, et donc sans hiérarchie de notes (pas de prédominance de la tonique et de la dominante).

Gamme par tons entiers

C’est une gamme qui où les six degrés sont espacés d’un ton. Elle sera beaucoup utilisée par Debussy et les autres impressionistes.

Fugue

C’est la forme la plus développée de l’écriture polyphonique. Elle est bâtie sur un thème principal appelé sujet. Les voix y entrent successivement, par imitation de la partie précédente. On y trouve généralement les étapes suivantes : présentation du sujet, puis réponse dans une seconde voix d’un contre-sujet, puis sujet à la troisième voix et contre-sujet à la quatrième, etc.jusqu’à avoir incorporé toutes les voix. Ensuite chaque voix fait l’objet d’un développement, étape qui se termine avec la conclusion (ou strette) qui se définit par des entrées de plus en plus serrées du sujet et du contre-sujet dans les différentes voix. Bach est le grand homme de la fugue.

Harmonie tonale

Ensemble de règles de composition de la formation et de l’enchaînement des accords. L’harmonie qui est qualifiée de « verticale » s’oppose à la mélodie, dite « horizontale ».

Lied

Forme en trois parties (ABA) où deux thèmes se succèdent. Similaire au mouvement lent d’une sonate.

Madrigal

forme vocale polyphonique élaborée au XIVe siècle. Monteverdi créera l’opéra à partir du genre madrigal. On désigne par madrigalisme un ensemble de figures musicales qui traduisent des sentiments et concepts en musique. Il s’inscrit dans la musique du XVIIe siècle et dans le mouvement humaniste, qui recherchait l’union du texte et de la poésie.

Mélodie

Succession de sons musicaux, contrairement à l’harmonie qui les jouent en simultané.

Messe

Une messe est composée des éléments suivants :

-dans le temps ordinaire : Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus, Agnus Dei, Ite missa est.

-dans le temps propre : Introït, Graduel, Alleluia, Trait, Séquence, Offertoire, Communion

Modalité

Elle s’oppose à la tonalité en utilisant d’autres gammes que les majeures et mineures, la tonalité étant restreinte à celles-ci.

Modulation

C’est la passage d’une tonalité à une autre en harmonie tonale

Motet

A partir du XVIIe siècle, il désigne un morceau de musique en latin exécuté à l’occasion du Salut du Saint-Sacrement. Il était particulièrement apprécié à la cour de Versailles, et se divisait généralement en deux : le petit motet (1 à 3 solistes) accompagnés par l’orgue, et le grand motet (ou motet à grand choeur), avec solos, ensembles (duos ou trios), choeurs, orchestre et orgue. Un des plus connus est le Magnificat de Bach, traité selon la seconde forme.

Nuances

Elles modifient l’intensité des sons ou phrases du discours musical. On les note selon deux types :

-stables : de pianississimo à fortississimo

-dynamiques : crescendo, decrescendo, aumentado, diminuendo.

Opéra bouffe

Oeuvre lyrique au caractère léger, opposée au seria, dramatique.

Opera seria

Opéra dont le livret est de nature dramatique. S’y oppose l’opéra buffa, plus léger.

Oratorio

On parle d’un oratorio pour une oeuvre religieuse pour solistes, choeurs et orchestre, exécuté en concert. Son apogée est de l’époque baroque jusqu’à Haydn, puis apparaît de manière sporadique à partir du XIXe et XX siècle.

Ouverture

Introduction d’un opéra, d’un oratorio, d’une cantate et parfois d’une suite instrumentale. On désigne par ouverture à la française une composition de type lent-vif-lent et par ouverture à l’italienne une composition sous la forme vif-lent-vif.

Pizzicato

Ce mot italien désigne une technique sur les instruments à archet, où l’on pince la corde avec le doigt.

Poème symphonique

Composition orchestrale inspirée par une idée extra-musicale, comme un poème, un paysage ou un souvenir

Polyharmonie ou Polytonalité

En jouant, on superpose plusieurs tonalités différentes. Le plus souvent, deux tonalités sont jouées simultanément ; on parle alors de bitonalité

Polyphonie

Lorsque plusieurs « voix » (ou parties instrumentales) se jouent de manière simultanée formant un tout homogène. Chaque ligne est liée à l’ensemble tout en conservant une certaine autonomie.

Psalmodie

Art de chanter les Psaumes

Récitatif

C’est un chant déclamé suivant les inflexions de la phrase propre à la langue.

Requiem

Messe sans Gloria ni Credo

Rhapsodie

Pièce instrumentale ou symphonie de forme libre, souvent dans un style national.

Rubato

Terme italien signifiant « temps volé ». Indication permettant à l’interprète de jouer légèrement plus rapidement ou plus lentement qu’indiqué sur la partition.

Singspiel

Dans les pays germaniques, désigne une pièce de théâtre où se mêlent quelques « pièces musicales ».

Strette

Fin d’une fugue où les entrées successives des parties se font très rapprochées

Tempérament égal

Il divise l’octave en douze demi-tons égaux et rend toutes les gammes semblables, quelle que soit la tonalité. Ce qui n’était pas le cas auparavant.

Trait

Forme de virtuosité

trémolo

Répétition rapide d’une note produisant un effet de tremblement.

Trille

Ornement musical consistant à alterner rapidement une note avec celle immédiatement au-dessus.

Variation

Procédé de composition qui transforme un élément musical en une forme proche et toujours reconnaissable.

Vibrato

Léger tremblement de la voix ou du doigt sur une corde de violon.

Vocalise

Chant ou partie de mélodie s’exécutant sur une voyelle

Sources

ABROMONT, Claude ; DE MONTALEMBERT, Eugène, Guide de la théorie de la musique, Editions Fayard, 2001.

BRISSON, Elisabeth, La Musique, Editions Belin, 1993.

TRANCHEFORT, François-Marie, Guide de la musique de piano et de clavecin, Editions Fayard, 1987.

TRANCHEFORT, François-Marie, Guide de la musique symphonique, Editions Fayard, 1986.

VIGNAL, Marc, Dictionnaire de la musique, Editions Larousse, 2005.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *